Small codes

HTML5, Javascript and AS3

2012, l’année du html5

| 0 Commentaires

html5 logo

Oui, 2012, c’est l’année de la fin du monde, mais ce sera surtout l’année du html5.

Les spécifications sont désormais matures, de plus en plus stables.  Il est désormais possible d’en utiliser une majeure partie sur nos pages web, nos blogs, voire nos applications.
Un nouveau web, plus moderne, plus fluide, plus pratique a commencé à voir le jour en 2011. En 2012, cette tendance va va s’accélérer de manière exponentielle.

L’an passé, suite à un billet de feu Steve Jobs(« Thoughts on Flash« ), billet qui restera dans l’histoire du web, le plugin Flash d’Adobe en a pris pour son grade, précipitant sa chute hors du monde des mobiles. De nombreux articles de blogs enflammés, pro ou anti-flashs, ont été écrits, avec plus ou moins de sérieux et d’objectivité.

En tant que développeur AS3, j’ai tout d’abord fait partie de la « résistance ». Le monde « Flash » était un monde qui permettait de créer de la beauté, du mouvement, de manière fluide, facile. L’actionscript 3 est un langage propre, permettant une maintenance simple, efficace. A côté, je voyais le javascript, le html5 et le CSS comme des langages de script barbares, sans ordre, sans véritable logique, avec des exceptions à gérer pour tout et n’importe quoi. Une horreur.

Et je n’ai pas changé d’avis.

Mais 2011 passant, et après quelques expériences html, on peut au moins dire qu’il est possible de faire des choses très attractives et intéressantes, sans Flash. C’est plus long, plus compliqué (Internet Explorer !!!), le code est moins fiable, extrêmement moche, difficilement maintenable.
Mais quand il fonctionne, et qu’on voit cette fameuse balise <canvas> afficher des sprites, et faire bouger des pixels, on ressent un certain plaisir, une fierté de le faire « sans Flash ».

Aujourd’hui, à l’aube de 2012, après la décision prise par Adobe de cesser le développement de Flash sur mobiles, et devant l’essor du nombre de consultations de sites par les mobiles (www.journaldunet.com), la « résistance » est devenue inutile, futile. Et peu stratégique.  Il n’est tout simplement plus possible d’être développeur web sans maîtriser les API javascript du html5 et le CSS3.

A la fin de 2012, je veux savoir tout faire avec le html5. Tout au long de cette année, je partagerai sur ce blog mes découvertes, mes avancées et j’espère pouvoir discuter avec quelques lecteurs – dont vous faites désormais partie – de mes choix, de mes avis… et de mes petits codes.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Widgets powered by AB-WebLog.com.